Rétrospective 2018

La personnalité la plus marquante de 2018 ? À vous de voter !

Par
Stéphane Long -
Publié le 21/12/2018
personnalité

personnalité
Crédit photo : DR

Agnès Buzyn, ministre de la Santé
Plus de 18 mois après sa prise de fonction, la ministre de la Santé tient bon le cap. Agnès Buzyn a engagé la transformation du système de santé avec le plan « Ma santé 2022 » et mis en application le reste à charge zéro pour les lunettes et les soins dentaires, promesse du président Macron. La ministre peut aussi s’enorgueillir d’avoir encore réduit le trou de la Sécu, et d’annoncer un retour dans le vert en 2019. Une première depuis… 2001.

Bernard Pino, reçu aux ECN à 62 ans
La médecine a la cote auprès des jeunes… et des plus anciens. À 62 ans, Bernard Pino a passé les épreuves classantes nationales, dernière étape avant l’internat. « Je suis très heureux à l'idée de devenir bientôt médecin » a confié au « Quotidien » le plus âgé des candidats aux ECN. Il aspire à devenir généraliste.

Thomas Lilti, pour son film « Première Année »
Après « Hippocrate » et « Médecin de campagne », Thomas Lilti est revenu sur les écrans en 2018 avec « Première Année », un film dans lequel il raconte le calvaire des étudiants en santé. Le réalisateur, médecin généraliste de formation, s’est aussi illustré à la télévision avec la série « Hippocrate », qui met en scène des internes livrés à eux-mêmes après la mise en quarantaine des médecins titulaires.  

Dr Jérémy Descoux, président du collectif anti-« fake médecines »
C’est LA polémique médicale de l’année. Au mois de mars, un collectif de médecins publie une tribune dénonçant les thérapies dites alternatives et dépourvues de tout fondement scientifique, dont l’homéopathie. L’initiative déclenche un tollé des médecins homéopathes, accusés selon eux de charlatanisme. Des dizaines de plaintes sont déposées pour anti-confraternité. À la tête du collectif, le Dr Jérémy Descoux devient la figure de proue de la lutte anti-« fake médecines ».

Le Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la paix
« L’homme qui répare les femmes » a reçu le prix Nobel de la paix 2018, avec Yazidie Nadia Murad, ex-esclave du groupe « État islamique ». Le gynécologue congolais mène depuis des années un combat contre les mutilations génitales et les violences faites aux femmes. Il avait déjà reçu le prix Sakharov en 2014. « Ce ne sont pas seulement les auteurs de violences qui sont responsables de leurs crimes, mais aussi ceux qui choisissent de détourner le regard », a affirmé Denis Mukwege lors de la remise de son prix. « S'il faut faire la guerre, c'est la guerre contre l'indifférence qui ronge nos sociétés. » 

James Allison et Tasuku Honjo, prix Nobel de médecine 2018
L’Américain James Allison (université du Texas) et le Japonais Tasuku Honjo (université de Kyoto), sont récompensés pour leurs découvertes à l’origine de l’immunothérapie du cancer. « Il y a 10 ans, la plupart des patients atteints de mélanomes mourraient en quelques mois. Maintenant, plus de 60 % d'entre eux sont encore vivants au bout de 3 ans », a rappelé en hommage aux deux lauréats Thomas Perlmann, le secrétaire du comité du prix Nobel de médecine lors de l’annonce du prix 2018.


Source : lequotidiendumedecin.fr