En attendant le 3e plan

Par
Charlène Catalifaud -
Publié le 26/02/2018

Lors d’une conférence organisée par l’agence de conseil Nile, Nathalie Triclin-Conseil, la présidente de l’Alliance maladie rares (AMR), rappelait déjà les revendications des patients qui s'impatientent du retard pris par le lancement du 3e Plan maladie rares. Les maladies rares doivent être « une priorité nationale » avec un plan « interministériel et piloté par Matignon » afin que tous les acteurs de la prise en charge puissent être impliqués à tous les niveaux et étapes de la vie des malades.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?