Des thèses hors du lot

Publié le 18/04/2007
- Mis à jour le 18/04/2007

QUI S'INTERROGERAIT sur le lien de causalité éventuel entre le libertinage et la calvitie trouvera une réponse dans un travail réalisé par un futur docteur en médecine en 1662. A l'époque, déjà, cette oeuvre s'appelait «thèse» et elle était nécessaire pour obtenir officiellement le titre de médecin. Et nos ancêtres, un siècle avant la Révolution française, ne manquaient pas d'humour, d'imagination – ou de sens pratique ? – lorsqu'il s'agissait de trouver un sujet. « Le foetus ressemble-t-il plus à la mère qu'au père ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?