Cruel sursis  Abonné

Par
Jean Paillard -
Publié le 20/11/2017

Vu de ce côté de l’Atlantique, c’est le summum de la barbarie. L'Etat de l'Ohio a dû suspendre la semaine dernière l'exécution d’un condamné de 69 ans gravement malade, faute de réussir à lui trouver une veine dans le bras, puis dans la jambe pour l’injection mortelle. Alva Campbell est atteint d'une insuffisance pulmonaire sévère, il est équipé d'une poche de colostomie, ne peut se déplacer sans déambulateur et a peut-être un cancer du poumon. « Une nouvelle date d'exécution va être fixée», ont indiqué sans sourciller les services pénitentiaires de l'Etat.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte