Comment les professionnels de la santé se débrouillent face aux ruptures de stocks  Abonné

Par
Damien Coulomb -
Publié le 15/10/2018
ageps

ageps
Crédit photo : PHANIE

Prescription d'un traitement alternatif, aménagement des « recos », liste de maladies prioritaires… Pour faire face aux pénuries de médicaments, des plans B peuvent être mis en place, au prix d'un surcroît de stress pour les patients et de charge de travail pour les professionnels. 

Depuis août, les patients atteints de la maladie de Parkinson font face à un événement inédit par son ampleur et sa durée : une rupture de stock du traitement symptomatique Sinemet (Lévodopa Carbidopa), prévue pour s'étendre jusqu'à mars 2019.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte