Au-delà des idées reçues

Agir contre les troubles trophiques  Abonné

Par
Dr Maia Bovard Gouffrant -
Publié le 31/01/2019
ménopause trophique

ménopause trophique
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Le syndrome génito-urinaire de la ménopause (SGUM) a une prévalence globale de 27 %, et elle est probablement sous-estimée. Il associe une symptomatologie vulvovaginale, sexuelle et urinaire. Ces troubles trophiques peuvent se manifester très tôt, parfois dès la préménopause et vont s'aggraver avec l'âge. Or les femmes en parlent peu, et les praticiens craignent souvent d'aborder ce domaine complexe.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte