Violences conjugales : les médecins doivent être mieux formés à interroger les femmes  Abonné

Par
Coline Garré -
Publié le 05/09/2019
Le Grenelle des violences conjugales qui s'est ouvert ce 3 septembre ne manquera pas d'aborder la question de l'hébergement des victimes et de leur accueil par la justice et la police. Mais les médecins ont aussi un rôle crucial dans le repérage des violences et la prise en charge des victimes.
Les médecins ont aussi un rôle crucial dans la prise en charge des victimes

Les médecins ont aussi un rôle crucial dans la prise en charge des victimes
Crédit photo : Phanie

Le médecin est le premier interlocuteur des victimes de violences conjugales. C'est vers lui que se tourne la petite majorité des femmes qui arrivent à en parler : 30 % consultent un psychiatre ou un psychologue, 27 % un médecin, avant les services sociaux (21 %) ou les associations (10 %).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte