Une alliance associative pour porter la cau se des « M2E »  Abonné

Publié le 13/11/2014

« Comme on a pu le faire avec les perturbateurs endocriniens, il est désormais essentiel d’aboutir à un consensus politique autour des maladies environnementales émergentes et de leur nécessaire prise en charge », a déclaré Andre Cicolella, toxicologue et président du Réseau Environnement Santé (RES) en ouverture d’un colloque « boudé » un peu sans surprise par les institutions sanitaires invitées, hormis l’ANSES qui a envoyé un représentant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte