Grèves des gardes, menaces de déconventionnement, grogne tarifaire

Un vent de fronde souffle en médecine libérale  Abonné

Publié le 15/09/2014
1410743653544121_IMG_135811_HR.jpg

1410743653544121_IMG_135811_HR.jpg
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

La rentrée est de plus en plus agitée en médecine libérale, qui voit refleurir des mots d’ordre radicaux comme la grève des gardes, des consignes tarifaires ou le déconventionnement.

Le projet de loi de santé de Marisol Touraine, divulgué au cœur de l’été, cristallise l’opposition des syndicats de médecins de ville.Tous l’accusent de privilégier l’hospitalisation publique et de confier les pleins pouvoirs aux agences régionales de santé (ARS).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte