Fukushima, un an après

Un risque d’exposition chronique pour la population  Abonné

Publié le 02/03/2012
1330624951328638_IMG_78627_HR.jpg

1330624951328638_IMG_78627_HR.jpg
Crédit photo : IRSN

1330624954328640_IMG_78626_HR.jpg

1330624954328640_IMG_78626_HR.jpg
Crédit photo : IRSN

1330624949328636_IMG_78622_HR.jpg

1330624949328636_IMG_78622_HR.jpg
Crédit photo : Huma Rosentalski/IRSN

1330624948328631_IMG_78620_HR.jpg

1330624948328631_IMG_78620_HR.jpg
Crédit photo : Huma Rosentalski/IRSN

« La contamination initiale liée à l’accident a fortement décru. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en a plus, loin s’en faut. Aujourd’hui, et pour de nombreuses années, nous sommes dans un état de contamination chronique et pérenne de l’environnement », déclare Didier Champion, directeur de la crise à l’IRSN. « Il y a des risques d’exposition chronique, à des faibles doses, certes, mais qui peuvent s’accumuler au cours du temps si l’on n’y prend garde », ajoute-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte