Un risque accru de prématurité

Par
Coline Garré -
Publié le 05/12/2019

Les données de la cohorte Timoun montrent que l'exposition maternelle au chlordécone est associée à un risque accru de prématurité (accouchement avant la 37e semaine d'aménorrhée), ainsi qu'à une réduction de la durée de la grossesse. Ces associations pourraient s'expliquer par les propriétés œstrogéniques et/ou progestagéniques de la molécule. « Mais un lien ne signifie pas causalité, explique le Pr Philippe Kadhel, gynécologue-obstétricien au CHU de Pointe-à-Pitre.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Je m'abonne à partir de 1 €

Déja abonné au journal ?

Activez votre abonnement web

Déjà abonné ?