Greffe à partir de donneurs vivants

Surmonter les obstacles logistiques  Abonné

Publié le 10/04/2014
1397094205512082_IMG_126958_HR.jpg

1397094205512082_IMG_126958_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

«Le premier frein au développement de la greffe rénale à partir de donneurs vivants est logistique », souligne le Pr Lionel Rostaing. La greffe demande du temps et du personnel. Elle implique la présence d’infirmières de coordination, très sollicitées à toutes les étapes, tout comme les médecins. Elle mobilise également du temps chirurgical, humain et matériel puisque deux salles sont requises simultanément au bloc. Le bilan du donneur est réalisé sur deux ou trois jours, en hôpital de semaine, ce qui là encore bloque des lits.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte