Les blocages sociaux

Réformes, je vous hais !  Abonné

Publié le 23/06/2014
1403533560531723_IMG_132216_HR.jpg

1403533560531723_IMG_132216_HR.jpg
Crédit photo : AFP

Ces conflits appellent deux constats. Le premier et le plus important, c’est qu’un accord social dûment négocié et signé par des organisations syndicales n’a plus force de loi : il peut être contesté, et de quelle manière, par les salariés concernés. Dans le cas de la SNCF, tout était prévu par les partenaires sociaux, y compris la CGT, et par le gouvernement pour qu’une petite grève de deux jours précède la discussion du projet de loi à l’Assemblée nationale. Tout était prévu, y compris les deux amendements proposés par le Froint de gauche et aussitôt adoptés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte