Procès du Carlton : faut-il évoquer un « syndrome DSK » ?  Abonné

Publié le 03/02/2015
1422898120583275_IMG_146810_HR.jpg

1422898120583275_IMG_146810_HR.jpg
Crédit photo : AFP

C’est la personnalité de l’ancien patron du FMI qui polarise l’attention des médias et des juges dans le procès dit du Carlton, à Lille, où Dominique Strauss-Kahn répond de proxénétisme aggravé. Serait-il atteint d’une pathologie, urologique, neurologique, sexologique, ou mentale ? Va-t-on parler d’un « syndrome DSK » ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte