Pollution particulaire dans l’air ambiant

Priorité aux risques d’exposition chronique  Abonné

Publié le 19/04/2012
1334798439342762_IMG_82317_HR.jpg

1334798439342762_IMG_82317_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

1334798440342779_IMG_82325_HR.jpg

1334798440342779_IMG_82325_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

L’IMPACT SANITAIRE à court et long terme des particules atmosphériques inférieures ou égales à 10 µm (PM10) et à 2,5 µm (PM2,5) est reconnu. « L’état des lieux des concentrations journalières et annuelles en particules atmosphériques pour la période 2000-2009 nécessite une attention sérieuse », souligne le Haut Conseil de la santé publique dans un avis sur les seuils réglementaires de ces polluants. Depuis un décret du 21 octobre 2010, le seuil moyen journalier d’information est passé pour les PM10 de 80 à 50 µg/m3, et de 125 à 80 µg/m3 pour le seuil d’alerte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte