La pupillométrie

Pour évaluer l'analgésie  Abonné

Par
Publié le 15/12/2016

Si la constriction pupillaire réflexe à la lumière est conservée sous anesthésie générale, en revanche l'analgésie induite par les opioïdes inhibe le réflexe de dilatation à la douleur. Ainsi, "sous anesthésie ou sédation, la dilatation pupillaire générée par la douleur persiste tant que l’analgésie est insuffisante. C'est pourquoi la variation du diamètre pupillaire peut permettre d'évaluer le degré d'analgésie de patients sous anesthésie " résume le Pr Frédéric Aubrun (Hospices civils de Lyon).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte