Plan cancer III : les radiologues attendent des moyens critiques pour l’imagerie médicale

Publié le 06/12/2012

Après l’annonce par François Hollande de la mise en chantier d’un troisième plan cancer, la Fédération nationale des médecins radiologues (FNMR) demande au président de la République « d’introduire un volet développement de l’imagerie médicale » afin de rattraper le criant retard français pris dans ce domaine. « Le sous-équipement de la France en IRM n’a fait que s’accroître au fil de ces dernières années au détriment des patients », constate la fédération. Aujourd’hui, la France ne compte que 8,7 IRM par million d’habitants contre une moyenne européenne de 17 IRM par million d’habitants. « Les coupes budgétaires et la limitation des autorisations d’équipement accordées par l’État, notamment aux radiologues libéraux, placent notre pays dans une position qui va rapidement devenir dramatique », souligne la FNMR. Or, sans moyens budgétaires adéquats en faveur de l’imagerie médicale, ce troisième plan cancer ne sera « pas plus ambitieux ni efficace » que les deux précédents, considère la fédération.

 D. B.

Source : lequotidiendumedecin.fr