Patients psychiatriques : la preuve par les chiffres d'un moindre recours à la prévention et aux spécialistes malgré un moins bon état de santé  Abonné

Par
Publié le 29/09/2020

Crédit photo : S.Toubon

Les personnes suivies pour un trouble psychique sévère ont un moindre recours aux soins de prévention, en particulier aux dépistages des cancers, ainsi qu'aux spécialistes, alors que leur état de santé est moins bon que celui de la population générale. C'est ce que démontre une étude publiée dans « Questions d'économie de la santé » de l'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES).

Plus de maladies chroniques chez les patients psys

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte