Pas d’union sacrée chez les médecins cathos, musulmans, juifs et bouddhistes  Abonné

Publié le 28/01/2013

ILS SE SENTENT concernés en tant que médecins. Non par la question de l’homosexualité en tant que telle et de sa reconnaissance civile - tous nos interlocuteurs se rejoignent pour condamner l’homophobie. Mais par celle de l’adoption par des couples de même sexe, qui pose, selon eux, la question de la filiation ou de la parentalité. Comme dit le Dr Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, « je réagis d’abord en tant que médecin au sujet de la maturation progressive de l’enfant de deux parents du même sexe ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte