Paludisme : pourquoi la bithérapie de première intention est déconseillée aux patients de retour d'Asie du Sud-Est

Par
Coline Garré -
Publié le 25/07/2019

Crédit photo : Phanie

L'expansion d'une lignée parasitaires très résistante aux antipaludéens en Asie du Sud-Est met en échec la dernière bithérapie utilisée en première intention, la combinaison dihydroartemisinine/pipéraquine (DHA/PPQ). Une situation qui requiert en urgence le développement d'autres thérapeutiques, alertent des chercheurs dans deux articles publiés dans « The Lancet Infectious disease ». 

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)