« Nous n’avons pas brutalisé le corps médical »  Abonné

Publié le 27/06/2012
LE QUOTIDIEN - Quel bilan du quinquennat dressez-vous en matière de santé ?

ROSELYNE BACHELOT - On a fait une grande loi de restructuration de notre système de santé, une loi majeure, qui crée les Agences régionales de santé, qui réforme la gouvernance de l’hôpital, et qui crée tous les outils - encore faut-il s’en saisir - permettant de rénover la médecine ambulatoire. Nous n’avons pas brutalisé le corps médical : les fondamentaux de la médecine libérale (liberté d’installation, paiement à l’acte) ont été maintenus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte