Syphilis, gonococcies, lymphogranulomatoses...

Ne pas baisser la garde  Abonné

Publié le 04/07/2011

« AU MOMENT où l’infection VIH semble mieux contrôlée et à l’aube de l’utilisation de traitements prophylactiques antirétroviraux pré-exposition sexuelle, il importe de ne pas baisser la garde sur les MST/IST, l’éternel recommencement », conclut le Pr Michel Janier, président de la section MST de la Société française de dermatologie, dans son éditorial. Certes, écrit-il, « si l’on compare les chiffres actuels de syphilis et de gonococcie à ceux observés jusqu’en 1980, on est bien en deçà, et fort heureusement ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte