L’évaluation de la minorité d’un jeune étranger est techniquement et éthiquement problématique  Abonné

Publié le 04/05/2015
Même si les techniques gagnent en précision, on ne pourrait pas déterminer scientifiquement un...

Même si les techniques gagnent en précision, on ne pourrait pas déterminer scientifiquement un...
Crédit photo : PHANIE

La circulaire de la garde des Sceaux du 31 mai 2013 trace un cadre unique de prise en charge des jeunes isolés étrangers en trois étapes : évaluation sociale, vérification des documents d’état civil, et, si doute il y a, examen médical, sur réquisition du parquet. Cet examen est pratiqué de manière hétérogène. Plusieurs méthodes existent, mais « aucune à elle seule ne peut scientifiquement donner un âge précis », estime le Haut conseil de la santé publique (HCSP) dans son avis de janvier 2014.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte