Vieillissement de la population et nouvelles techniques percutanées

Les valvulopathies non rhumatismales s'imposent en France  Abonné

Par
Dr Irène Drogou -
Publié le 13/02/2020
L'épidémiologie des valvulopathies s'est modifiée au cours de ces deux dernières décennies. Deux études de Santé publique France en rendent compte dans le « Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire ».
Un faible taux de mortalité qui pourrait s'expliquer par la prise en charge d'un grand nombre de patients par TAVI dans les CHU

Un faible taux de mortalité qui pourrait s'expliquer par la prise en charge d'un grand nombre de patients par TAVI dans les CHU
Crédit photo : Phanie

Amélioration de la prise en charge de l'angine à streptocoque A, augmentation de l'espérance de vie, élargissement des indications percutanées du rétrécissement aortique (RA) et de l'insuffisance mitrale (IM), comment ces évolutions de ces 20 dernières années se sont-elles traduites dans l'épidémiologie des valvulopathies en France ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte