Usagers de drogues

Les russophones, une population vulnérable à Paris  Abonné

Par
Publié le 25/09/2020

Crédit photo : Phanie

À Paris, un tiers des patients accueillis dans les centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogues (CAARUD) sont russophones. La cohorte Coquelicot met en évidence leur particulière vulnérabilité, mais aussi leur adhésion aux mesures de prévention des maladies infectieuses.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte