Dossier

Prématurité, petit poids, malformations...

Les risques des techniques d'AMP seraient minimes, rassurent les spécialistes Abonné

Publié le 20/03/2020
Les risques des techniques d'AMP seraient minimes, rassurent les spécialistes

Un fort taux prématurité observé chez les enfants issus de FIV
Phanie

Depuis la naissance du premier bébé-éprouvette en 1978, Louise Brown, les techniques d'assistance médicale à la procréation (AMP) n'ont cessé de progresser : naissance après don d'ovocyte (1983), congélation d'un embryon (1984), d'un ovocyte (1986), injection d'un spermatozoïde dans l'ovocyte (ICSI en 1992), vitrification (2005). Près de cinq millions d'enfants sont nés dans le monde après AMP. En France, plus de 3 % des enfants seraient issus d'AMP, pour une très grande majorité (96 %), intraconjugale.  Néanmoins, les conséquences sur la santé des enfants de ces…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte