Moralisation de la vie publique

Les professionnels libéraux de santé ne veulent pas être stigmatisés  Abonné

Publié le 25/04/2013

La future loi sur la moralisation de la vie publique, qui devrait empêcher le cumul de certaines professions libérales avec un mandat parlementaire, n’est pas du goût de tout le monde. Le CNPS (libéraux de santé), l’Union nationale des professions libérales (UNAPL), et la CSMF, tous trois présidés par le Dr Michel Chassang, s’alarment des conséquences d’une loi qui irait trop loin dans l’interdiction. Le CNPS redoute que les professionnels concernés, après avoir renoncé à leur activité, « se retrouvent sur le carreau à la fin de leur mandat ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte