Handicap physique congénital, handicap mental

Les médecins doivent préparer à la différence  Abonné

Publié le 24/11/2011
1322100856302403_IMG_72266_HR.jpg

1322100856302403_IMG_72266_HR.jpg
Crédit photo : S Toubon

1322100854302323_IMG_72253_HR.jpg

1322100854302323_IMG_72253_HR.jpg
Crédit photo : S. TOUBON/LE QUOTIDIEN

« IL EST DANS la mission de l’Académie nationale de médecine de rappeler qu’un devoir de respect, d’acceptation, d’intégration, d’humanisme s’impose » à l’égard des personnes souffrant d’handicaps congénitaux. Alors que s’affirme le droit à un enfant bien portant, le Pr Denys Pellerin plaide pour que les professionnels des centres multidisciplinaires de diagnostic prénatal soient non seulement des « facilitateurs » de la décision des parents mais également des « préparateurs » à l’accueil de la différence.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte