Les députés assouplissent la fiscalité du tabac, les antitabac fustigent un amendement « stupide » et « criminel »

Publié le 08/12/2014

Les associations de lutte contre le tabac ont dénoncé lundi le changement de fiscalité du tabac, voté discrètement vendredi par les députés dans le cadre du projet de budget rectificatif. L’amendement de deux députés socialistes modifiant le calcul de la fiscalité des produits du tabac se traduira en effet par un gel des prix des cigarettes entre 2014 et 2015.

« Cette modification gèle la fiscalité du tabac et casse le mécanisme de hausse automatique des prix, au plus grand profit de l’industrie du tabac », estime dans un communiqué l’association Droit des non-fumeurs (DNF) qui qualifie de « consternant et gravissime » cet amendement soutenu par le gouvernement. Le Comité national contre le tabagisme (CNCT) lui, reprenant les propos de l’épidémiologiste Catherine Hill qualifie le texte de « tragique », « stupide » et « criminel » dénonçant une décision qu « traduit malheureusement l’influence majeure de ce lobby en France qui ne cesse de mettre à mal les mesures efficaces pour réduire la consommation de tabac ».

En contradiction avec le plan antitabac

Cette « reculade » est « nuisible non seulement pour réduire la consommation de tabac, qui demeure particulièrement élevée, notamment chez les jeunes très sensibles à des hausses des taxes, mais aussi aux recettes fiscales », souligne le CNT qui évalue le manque à gagner pour l’État à 160 millions d’euros. Le CNT alerte également sur « l’incohérence » entre ce texte et l’adoption d’un plan destiné à réduire la consommation de tabac présenté en septembre dernier.

L’Alliance contre le tabac dont fait partie le CNT fustige, elle aussi, l’incohérence du gouvernement qui, « d’un côté, se dote de nouvelles armes pour lutter contre le tabagisme avec le Plan national de réduction du tabagisme, et de l’autre, abandonne en rase campagne la politique fiscale qui est l’arme la plus efficace pour lutter contre la consommation de tabac ».

Un des objectifs du plan antitabac est de faire baisser le nombre de fumeurs - 13 millions actuellement - d’environ 10 % en 5 ans. La plus emblématique de ces mesures est l’introduction, prévue début 2016, des paquets de cigarettes neutres moins attractifs. La hausse du prix de vente du tabac reste considérée comme l’arme la plus efficace pour réduire la consommation de tabac qui, chaque année, entraîne 73 000 décès dans le pays et est la première « cause évitable » de cancer.

Dr Lydia Archimède

Source : lequotidiendumedecin.fr