Confidences d’un généraliste collectionneur

Les antiquités chinoises comme prévention du burnout  Abonné

Publié le 15/12/2011
1323915320310398_IMG_74333_HR.jpg

1323915320310398_IMG_74333_HR.jpg

1323915319310226_IMG_74270_HR.JPG

1323915319310226_IMG_74270_HR.JPG
Crédit photo : DR

« QUAND J’ACHÈTE un objet, confie le médecin collectionneur, je l’observe en détail, je l’ausculte, je recherche minutieusement les symptômes de son authenticité, en faisant appel à toute la FMC que j’ai emmagasinée depuis une trentaine d’années sur le sujet, bref, je pose un véritable diagnostic. » Le Dr Yves-Robert Omejkane manie volontiers la métaphore médicale quand il évoque les oucheptis Han et Tang (petits serviteurs funéraires en terre cuite), les gourdes Ming en porcelaine ou les bronzes sinotibétains qu’il a réunis dans sa collection.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte