L’assistance médicale à la procréation en prison

Le « oui » de principe et sous réserves de l’Académie de médecine  Abonné

Publié le 24/10/2012
1351041750382829_IMG_92154_HR.jpg

1351041750382829_IMG_92154_HR.jpg
Crédit photo : AFP

1351041751382832_IMG_92156_HR.jpg

1351041751382832_IMG_92156_HR.jpg
Crédit photo : AFP

C’EST À LA SUITE de la lettre d’un praticien hospitalier de l’unité de consultation en soins ambulatoires (UCSA) de la prison de Fresnes que l’Académie de médecine a constitué en décembre 2011 un groupe de travail sur l’AMP en prison. Le sujet remonte à 1977 lorsqu’une première demande d’insémination artificielle est adressée au Centre d’étude et de conservation du sperme (CECOS) du Kremlin-Bicètre. « Depuis trente ans, ce sont les mêmes questions qui se posent. Ce rapport donne un cadre précis », explique le rapporteur Roger Henrion.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte