Le fond, plus que les pics  Abonné

Publié le 28/01/2016

Contrairement à ce que suggèrent les brusques montées de température médiatique à l’occasion de « pics » de pollution , c’est bien la pollution « de fond » (c’est-à-dire chronique, au jour le jour sur le long terme) qui a les impacts sanitaires les plus forts. De plus, il est démontré que c’est en réduisant cette pollution de fond que l’on est le plus efficace pour éviter ou réduire la fréquence des épisodes de « pics ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte