L’ANSM met en garde sur les risques de propagation de tissus cancéreux lors du morcellement de fibrome par cœlioscopie

Publié le 22/05/2014
1400748060524221_IMG_130131_HR.jpg

1400748060524221_IMG_130131_HR.jpg
Crédit photo : PHANIE

Suite à l’alerte de sécurité émise par la Food an Drug Administration (FDA) américaine, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) recommande à son tour de ne pas faire de morcellement par cœlioscopie « à la moindre suspicion de sarcome ou de toute autre tumeur cancéreuse », dans le cadre de traitement chirurgical de fibromes utérins.

L’Agence précise qu’elle va se livrer à des évaluations complémentaires de cette technique qui, pratiquée au moyen d’un morcellateur, permet de fragmenter les tissus avant de les extraire par le biais de petites incisions.

Ethicon retire ses appareils

Dans son alerte du 17 avril 2014, la FDA déconseille le morcellement par voie cœlioscopique lors d’une hystérectomie ou d’une myomectomie en cas de fibromes utérins. Ces derniers pouvant, selon des cas rapportés auprès de cette administration, être confondus avec un sarcome ou toute autre tumeur cancéreuse serait confondu avec un fibrome.

En France, l’ANSM note qu’aucun cas de ce genre ne lui a été notifié. Aucune problématique de ce type n’a été rapportée à l’Agence. Par ailleurs, suite à l’alerte de la FDA, la société Ethicon (une filliale de Johnson & Johnson spécialisée dans les dispositifs médicaux pour la chirurgie mini-invasive) a décidé de suspendre au niveau mondial les dispositifs de morcellement de sa gamme GYNECARE MORCELLEX.

Damien Coulomb

Source : lequotidiendumedecin.fr