Les événements indésirables sont sous-déclarés

L’Académie plaide pour une protection juridique  Abonné

Publié le 19/03/2012
1333373287333714_IMG_80020_HR.jpg

1333373287333714_IMG_80020_HR.jpg
Crédit photo : S TOUBON

L’EXIGENCE de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de soins (ES) est « au centre des préoccupations », en particulier depuis l’ordonnance du 24 avril 1996 portant réforme de l’hospitalisation publique et privée, rappelle Jacques Hureau, chirurgien et rapporteur du groupe de travail de l’Académie de médecine sur le « signalement des événements indésirables en médecine ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte