La tangothérapie a le vent en poupe à Buenos Aires  Abonné

Publié le 04/01/2013

Les hôpitaux argentins ont choisi l’apprentissage du tango comme thérapie. « C’est le fait de serrer l’autre dans ses bras qui rend le tango si spécial, créant une sorte de rapport amoureux », indique à l’AFP Silvina Perl, coordinatrice de l’Atelier de tango de l’Hôpital psychiatrique Borda (Buenos Aires). Le tango, déclaré en 2009 « Patrimoine de l’Humanité » par l’UNESCO, aide à mieux soigner les malades, constate cette psychologue.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte