La santé mentale des urgentistes  Abonné

Publié le 05/06/2014

L’évocation des urgences renvoie inévitablement, dans l’imaginaire collectif, vers des images de chaos, de tension, de dysfonctionnements ; un quotidien qui s’improvise au fil des débordements, des pics d’affluence où médecins et soignants, des heures durant, se trouvent submergés d’activité et à qui l’on demande de pallier toutes les carences de la ville et de l’hôpital. Telle semble être l’affligeante et immuable litanie des urgences. Le paradoxe est que les usagers, conscients de la qualité du service rendu, sont de plus en plus nombreux à plébisciter le recours aux urgences.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte