PSA supprime 8 000 emplois

La facture sociale  Abonné

Publié le 16/07/2012
1342401053364784_IMG_87755_HR.jpg

1342401053364784_IMG_87755_HR.jpg
Crédit photo : AFP

LE « TSUNAMI » du 12 juillet, comme on l’appelle déjà, ne saurait être attribué à la responsabilité du gouvernement de Jean-Marc Ayrault et sans doute l’ex-Premier ministre, François Fillon, aurait-il pu, avant les élections, prendre quelques mesures d’amortissement de la crise en gestation avant de quitter le pouvoir. Elles auraient été, il est vrai, insuffisantes. L’État ne peut subventionner des emplois à perte, surtout dans une entreprise qui perd 200 millions d’euros par mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte