Une approche du soin interculturel en gynéco-obstétrique

La fabrication d’un petit homme n’est pas seulement biologique  Abonné

Publié le 17/06/2013
1371467107441181_IMG_107151_HR.jpg

1371467107441181_IMG_107151_HR.jpg
Crédit photo : AFP

EN MARGE des 8e journées « expertises et polémiques en gynécologie obstétrique, santé publique et santé des femmes » proposées par le CHU et l’université de Nantes, l’association Gynécologie sans frontières et le collège national des gynécologues - obstétriciens français, le département de la formation continue et l’unité de gynécologie-obstétrique médico-psycho-sociale (UGOMPS) de l’hôpital de la ville ont organisé jeudi 6 juin une conférence : « Pour une approche des soins interculturels : regards sur la maternité des femmes en exil », animée par le Pr Tobie Nathan, ethnologue et

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte