La coupe menstruelle : une option efficace et sûre, selon une méta-analyse

Par Charlène Catalifaud
Publié le 18/07/2019
- Mis à jour le 18/07/2019

Crédit photo : PHANIE

Selon une méta-analyse publiée dans « The Lancet Public Health », la coupe menstruelle représente un moyen aussi sûr et efficace de protection pendant les menstruations que les serviettes hygiéniques ou les tampons. Pourtant, elle reste encore méconnue et peu promue, comparée aux autres moyens de protection hygiénique.

« Les coupes menstruelles existent depuis les années 1930, mais n’étaient pas connues au niveau international. Avec 1,9 milliard de filles et de femmes menstruées chaque mois, différentes options sont nécessaires », indique au « Quotidien » Penelope Phillips-Howard, co-auteure de l'étude. Aujourd'hui, il existe 199 marques de coupes menstruelles, disponibles dans 99 pays.

Un risque de fuite similaire, voire moindre

« Notre étude visait à rassembler le plus d'informations possible sur la coupe menstruelle afin que les femmes puissent choisir en connaissance de cause le produit qu'elles souhaitent utiliser », note Penelope Phillips-Howard.

Les auteurs regrettent que la coupe ne soit pas davantage mise en avant dans les programmes et sites d'information sur les produits hygiéniques. En effet, seuls 30 % des sites contenant des informations pédagogiques sur les premières règles incluent des informations sur les coupes menstruelles.

Au total, 43 études ont été incluses dans l'analyse, soit 3 319 femmes. Quinze études ont été réalisées dans des pays à faibles ou moyens revenus, et 28 dans des pays à haut revenus.

Selon les données de quatre études (293 participantes), le risque de fuite était similaire, voire moindre avec les coupes par rapport aux serviettes et aux tampons. Une autre série de quatre études (507 femmes) a montré que l'utilisation de la coupe menstruelle n'a pas entraîné d'effet néfaste sur la flore vaginale.

Si la méta-analyse n'a pas mis en évidence de risque d'infection liée à l'utilisation des coupes, cinq cas de syndrome de choc toxique ont été rapportés, ainsi que quelques cas de troubles des voies urinaires ou de lésions vaginales. Par ailleurs, chez 13 femmes, le recours à la coupe menstruelle a entraîné un délogement de leur dispositif intra-utérin, ce qui interroge sur la sécurité de la combinaison de ces deux dispositifs.

Une phase de familiarisation

Treize études montrent que 73 % des femmes ayant essayé la coupe menstruelle dans le cadre de ces études souhaitent continuer de l'utiliser.

Une phase de familiarisation sur plusieurs cycles est souvent nécessaire avant une utilisation optimale de la coupe, comme en témoignent les difficultés à retirer la coupe menstruelle qui ont été rapportées. « La pratique, les échanges et la formation sont essentiels pour que les participantes utilisent la coupe avec succès », précise Penelope Phillips-Howard.