Editorial

Feu le Rital qui voulait supprimer la mort  Abonné

Publié le 03/02/2014

François Cavanna vient de mourir, à 90 ans. Écrivain, journaliste dynamiteur de conformisme, fondateur de « Hara Kiri » et « Charlie Hebdo », le « Rital » à tête de Gaulois était aussi un utopiste chevronné dont une des grandes causes était la suppression… de la mort. Cinq jours après la sienne, force est de constater que c’est un échec.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte