Menace djihadiste sur la France

État islamique, bourreaux français  Abonné

Publié le 20/11/2014
1416449480564323_IMG_141461_HR.jpg

1416449480564323_IMG_141461_HR.jpg
Crédit photo : AFP

L’absence de scrupules, chez l’État islamique (EI), rivalise avec la disparition de toute rationalité. L’otage américain, Peter Kassig, exécuté par EI s’était converti à l’islam. Il se faisait appeler Abdul Rahman. Ancien combattant, il s’était rendu en Syrie en tant qu’humanitaire. Plutôt que d’en faire une victime expiatoire, les hommes d’EI auraient pu essayer de lui faire épouser leur cause. L’atrocité inouïe qu’ils ont commise a certes une signification politique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte