Déserts sanitaires, pénuries de médicaments...  Abonné

Publié le 09/09/2013

« EN 2009, la mortalité par mort naturelle était de 116 000 personnes. En 2012, elle est de 230 000. Le double ! » s’insurge le Dr Oubaida Al Moufti, médecin franco-syrien et porte-parole de l’Union des organisations syriennes de secours médicaux (UOSSM). La raison : les ruptures dans la continuité des soins, qui touchent mortellement les malades chroniques (diabète, hypertension, asthme...), les femmes enceintes, les enfants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte