Actualité de la recherche en dermatologie

Des cibles thérapeutiques de plus en plus étroites  Abonné

Publié le 15/03/2012
1331779672330533_IMG_79167_HR.jpg

1331779672330533_IMG_79167_HR.jpg
Crédit photo : S Toubon

LE RÔLE DES VIRUS dans la carcinogénèse se confirme avec l’implication du polyomavirus en tant que principal cofacteur carcinogène responsable du carcinome de Merkel. Ce virus, découvert en 2008, présent dans la grande majorité de la population, peut, en association à d’autres carcinogènes, les UV principalement, provoquer le développement du carcinome, d’une façon similaire à l’impact du papillomavirus sur le cancer du col. L’ADN viral du polyomavirus a été retrouvé au sein du génome des cellules tumorales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte