Covid-19 : des associations humanitaires demandent des aides urgentes pour les personnes exilées à la frontière franco-britannique

Par
Coline Garré -
Publié le 17/03/2020

Crédit photo : AFP

Plus d'une vingtaine d'associations humanitaires, dont Médecins du monde (MDM), Emmaüs, le Secours catholique Pas-de-Calais, ou encore l'Auberge des migrants réclament, dans une lettre ouverte aux autorités datée du 16 mars, des mesures pour protéger les personnes exilées à la frontière franco-britannique, dont la vulnérabilité est aggravée par la crise du coronavirus.

« La situation des personnes exilées est innommable : absence d’hébergement, froid, humidité, stress, fatigue, entassement à plusieurs dans des tentes légères, expulsion quotidienne des lieux de vie, conditions sanitaires déplorables, insuffisance, éloignement voire absence des dispositifs d’accès à l’hygiène, etc. », décrit le collectif d'associations dans cette lettre.

La pandémie du Covid-19 révèle « l’insuffisance des moyens mis en place par l’État pour protéger ces personnes », dénoncent-elles. Et de s'interroger : comment se laver les mains régulièrement quand le point d’eau le plus proche est à plusieurs centaines de mètres de son lieu de vie ? Comment détecter les symptômes du Covid-19 alors que la santé est déjà extrêmement fragilisée ? Comment les personnes susceptibles de développer des cas graves de Covid-19 peuvent se protéger alors qu’aucun dispositif d’hébergement, ni même de mise à l’abri, n’est proposé ? Comment respecter l’interdiction de rassemblement lorsque les lieux de distribution de repas sont la seule option pour se nourrir ?

Multiplier les accès à l'eau, au savon, à la nourriture

Les associations réclament aux préfets du Nord et du Pas-de-Calais, aux maires de Calais et de Grande-Synthe, des mesures en urgence pour ces populations particulièrement vulnérables : ouverture de plusieurs lieux d’hébergement inconditionnels, mise en place de sites de distribution alimentaire en nombre suffisant pour limiter les regroupements de personnes, ouverture de dispositifs spécifiques pour protéger les mineurs isolés ou encore déploiement de nombreux points d’accès à l’eau et au savon. « Tout ceci doit s’accompagner d’une information adaptée aux personnes exilées », précisent les associations, en demandant à être reçues par les autorités. Une demande rendue d'autant plus urgente après les dernières mesures de confinement annoncées par Emmanuel Macron, ce 16 mars.

Plus largement, MDM demande, pour protéger les plus vulnérables, de faire du mal-logement et de l'accès aux soins des priorités, notamment en développant la protection maladie universelle. Celle-ci doit permettre « à la totalité des personnes résidant sur le territoire français d’avoir effectivement recours aux soins et à la prévention » sans devoir attendre le dernier moment, et le recours aux services d'urgence déjà surchargés.

MDM

Source : lequotidiendumedecin.fr