Tensions avec Berlin et Bruxelles

Ce qui est bon pour nous  Abonné

Publié le 03/06/2013

SANS LUI FAIRE injure, le corps de M. Hollande n’a pas toute la souplesse requise, celle de la ballerine, pour réussir ce grand écart. Les rappels à l’ordre de Bruxelles ne sont que des éléments d’analyse offerts en échange d’un délai supplémentaire de deux ans accordé à la France pour qu’elle réduise son déficit public à un taux inférieur à 3 % du produit intérieur brut (PIB). Il n’y a rien là que M. Hollande veuille désavouer. Il faut être Jean-Luc Mélenchon pour trouver dans les consignes de Bruxelles une « déclaration de guerre ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte