L’accord sur le nucléaire iranien

Avancée ou jeu de dupes ?  Abonné

Publié le 28/11/2013
1385604623476055_IMG_116655_HR.jpg

1385604623476055_IMG_116655_HR.jpg
Crédit photo : AFP

POUR LES Occidentaux, la Russie et la Chine qui, tous, avaient participé aux sanctions, l’accord traduit surtout l’efficacité des sanctions économiques et commerciales. Si elles ne l’avaient pas été, l’Iran n’aurait pas consenti à renoncer à enrichir l’uranium au-delà de 5 % (seuil qui le rapproche de l"usage militaire) et à neutraliser son stock d’uranium enrichi à 20 %. Il n’aurait pas accepté d’arrêter la mise en service de nouvelles centrifugeuses et la mise en route de la filière de l’eau lourde.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte