5 ans après Charlie, une prise en charge du psychotraumatisme repensée

Par
Coline Garré -
Publié le 08/01/2020

Crédit photo : S. Toubon

Cinq ans après l'attentat de Charlie Hebdo, Chloé Verlhac, veuve du dessinateur Tignous, publie « Si tu meurs, je te tue »*, où elle raconte son 7 janvier et sa reconstruction. Si elle rend hommage à la psychiatre qui la suit, « grâce à qui (elle est) debout et femme », l'auteure est cinglante à l'égard de la cellule d'urgence médico-psychologique (CUMP). Elle dénonce la « lâcheté » de ses acteurs qui se dérobent lorsque arrivant sur les lieux du drame, elle leur demande si Tignous est mort, puis une certaine incompétence dans l'écoute.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)