Verbatim  Abonné

Publié le 26/01/2015

« La dispersion des taux de réussite entre les facultés de médecine suscite de nombreux commentaires des étudiants. Ces chiffres reflètent une réalité mais cachent les passerelles mises en place dans les universités pour les recalés de la PACES. Les étudiants ont intérêt à choisir une faculté jugée plus sélective si celle-ci propose davantage de réorientations. Cette situation pose toutefois la question du numerus clausus qui n’a pas été conçu pour mettre en compétition les facultés de médecine entre elles. Il faut ouvrir un débat sur le mode de sélection en médecine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte