Une incidence plus forte chez les femmes  Abonné

Par
Publié le 23/04/2018

« En France, les données de la CNAMTS permettent, depuis près de 15 ans, de suivre la prévalence du diabète de type 2 traité pharmacologiquement. Elle n’a cessé d’augmenter. Mais nous n’avons aucune donnée d’incidence », explique Pascale Bernillon, de l’InVS. Pour l’estimer, un important travail a été réalisé à partir des données du Sniiram, utilisant des modélisations complexes des relations entre incidence, prévalence et mortalité. « Ce travail montre que la dynamique de l’incidence dans les tranches d’âge est très différente suivant le sexe.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 16€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte