« Women’s Health Initiative »

Une cohorte aux multiples enseignements

Par
Pr Philippe Orcel -
Publié le 22/06/2020

Faisant l’objet d’une publication dans le dernier numéro du « Journal of Bone and Mineral Research » (1), l’étude « Women’s Health Initiative » (WHI) a suivi depuis 1993 plus de 160 000 femmes ménopausées. Si elle a déjà mis en évidence l’intérêt du traitement hormonal substitutif (THS) de la ménopause sur les fractures ostéoporotiques, une multitude de données à la disposition des chercheurs restent encore à explorer…

Crédit photo : Phanie

Vaste étude longitudinale, la WHI est conçue pour évaluer les stratégies de prévention et de contrôle des pathologies chroniques courantes chez les femmes ménopausées : maladies cardiovasculaires, cancer et fractures ostéoporotiques. En 2002, elle avait permis de tirer la sonnette d’alarme sur le risque de cancer du sein chez les femmes recevant un THS.

Une cohorte de plus de 160 000 femmes ménopausées

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 16€/mois

(résiliable à tout moment)